On ne relâche pas des nerfs tendus comme ca (début de grossesse) 

Je suis très en retard pour vous parler de mon échographie de mercredi dernier.

Tout s’était enchaîné tellement vite en ce début de semaine. Mardi 16h appel de la Creche: ces messieurs sont malades. Branles bas de combat tout le monde sur le pont. Il va me falloir une bonne âme pour les garder pour que cheri puisse m’accompagner. Je suis persuadée que le cœur s’est arrêté, je ne veux pas que le couperet tombe alors que je suis seule, que je me traîne dans le métro puis dans le TER. 

Mais personne pour me les garder. Je pense un instant à les emmener avec moi puis je me dis que ça serait bien trop galère. Et puis amener des jeunes enfants dans un cabinet d’infertilité … je serai vraiment superconnasse. 

J’y vais donc seule la peur au ventre. 

Verdict: un embryon de 1,7 cm avec un bon cœur. On voit clairement sa tête et son corps. Il a rattrapé son retard car les dates correspondent pile poil à mon ovulation. Début de grossesse fixée au 8 février. 

Mais je ne serai tranquille qu’à 12 semaines. Cette angoisse ne me quitte pas. Je stresse pour la prochaine échographie chez mon gyneco habituel. Il a du vieux matériel donc je ne devrais pas m’étonner si les mesures ne sont pas  les mêmes. Je pense même à annuler pour ne pas être perturbée. Que feriez vous à ma place ? 

Inquietude

Je viens  du rdv avec la gygy échographie de Hope. 

L’embryon mesure 6,7 mm contre 2 mm mercredi dernier.  Si on se fie à la mesure de la première écho chez gygy globulle ca concorde. J’en serai à 6 Sa+4 avec un début de grossesse au 10 février. Ce recalcul expliquerait aussi pourquoi l’interne n’a rien vu dans la poche. Je n’en aurais été alors qu’à 5 Sa+3. 

Mesure du rythme à 130. Apparement ca ne serait pas trop mal pour 6 Sa. 

Mais moi je flippe. Et si c’était juste mon embryon qui était trop petit ? Et si j’allais faire à nouveau une FC ? Bref je suis encore en mode panique à bord. J’ai hâte d’être à la semaine prochaine chez Hope.  

Le suspense est à son comble

Mardi je suis encore dans ma phase post anéantissement. Je suis résignée, j’ai envie que tout s’arrête au plus vite pour ne plus porter en moi cette poche vide. En plus, les symptomes de grossesse sont revenus à vitesse grand V. Je me force à essayer de ne pas les ressentir mais c’est peine perdue. Toutes mes hormones me crient ce que je ne veux plus entendre. Etre enceinte alors qu’on sait qu’on ne l’est plus. L’une des pire sensations.
Par la fenêtre je vois la parade des enfants du village pour carnaval. Des mères avec des pousettes. Je craque, je me vide de mes larmes.

Le viking lui garde un espoir. Pour lui ce n’est qu’un interne qu’on ne connait pas. Il peut très bien se tromper. Il attends de voir.

Je ne tiens plus. J’appelle le cabinet de Hope pour avoir son avis. Elle saura quoi me dire (et pourra me prescrire du cycotec dare dare qu’on en finisse). Sa secrétaire est d’un tact que j’apprécie beaucoup. Elle me promet de venir vers moi rapidement, ce qu’elle fait quelques heures plus tard.

« Attendez il est trop tot pour se prononcer. Allez voir la semaine prochaine le Dr XYZ, elle saura vous rassurer ».
La semaine prochaine ? Trop loin pour moi. Je ne veux que mon utérus serve de morgue plus longtemps. Surtout que dans ma tête à mon terme on aurait du clairement voir quelque chose.

Je craque. Je fonds en larme à nouveau. Alors je passe en mode automatique. Je téléphone à gygy Globulle. Je VEUX savoir. J’obtiens rendez-vous pour le lendemain.

Au rendez-vous je ne pense encore qu’à une chose: CYCOTEC. Je me prépare psychologiquement aux douleurs que ca peut engendrer. Je me mets en mode guerrière. Mon viking sent que j’ai besoin de lui, il m’accompagnera ce matin là.

Nous passons avec une heure et demi de retard. Comme d’hab. Pas la peine de se stresser pour le petit retard de 5 min qu’on a eu.

J’explique à gygy Globulle ce qui s’est passé. Il fronce les sourcils, reste sceptique. Sans attendre il me dit de passer à l’écho.

Et là, un mircale. Pas besoin de chercher très longtemps. On voit un petit embryon de 2 mm et une vésicule vitelline. Je regarde mon viking. Je n’y crois pas. Je suis euphorique.

Et puis, 2 mm je me dis que c’est petit. Ca me fait un terme plutôt de 5sa+5. Hors, je suis à 6sa+1. Gygy Globulle me dit que ce n’est pas très précis à ce stade. Il me dit de ne pas m’inquieter.

Mais moi je m’inquiète. Moi je ne peux pas m’empêcher de me dire que c’est fini car embryon trop petit. D’un autre côté je me dis qu’Antoine avait toujours 3 jours de moins que son frère et qu’il va très bien aujourd’hui.

Alors je doute. Alors je me dis que mardi prochain en allant voir la Dr échographe recommandée par Hope j’en saurai plus. Que cette saga se termine enfin et que l’acsenseur émotionnel ne soit plus en constant mouvement.

 

Résultat spermogramme: Tératospermie notre nouvelle amie

Mardi soir, soir ordinaire. Mon viking revient à l’heure et me lance au détour de la conversation: « au fait j’ai eu un message pour me dire que les résultats du spermogramme sont prêts ».

Je change de couleur, passant de la monotonie du quotidien à l’excitation et à l’angoisse. Je retrouve les codes internet dans le beau classeur PMA qui n’est jamais rangé (question psychologique, j’ai besoin de savoir qu’il y’a toujours quelque chose en cours, que ce n’est pas une affaire classée).

Bien sur je me munis des normes étant donné que le laboratoire ne les fournit pas.

PH: ok, un peu limite haute mais rien de dramatique
Mobilité: ok, même plutôt bon

Spermocytogramme …. le bas blesse. 15% de typiques, juste à la limite de la tératospermie … Les GI Joe de chéri sont plutôt une version plus débile du marchéal des logis Cruchot ou de Pitivier (ou mes références culturelles sont de haut vol, c’était soit ça soit l’inspecteur Gagdet).

Mon viking semble très troublé. Il s’énerve quand je lui en parle. Ne veut plus en parler. Pour lui pas de problème.

Merci Hope de nous avoir fait faire ce spermogramme. Comme quoi ce n’est pas parce qu’on a déjà eu des enfants que tout fonctionne forcément très bien …
L’idée de me gaver d’hormones sans but semble s’éloigner. Au moins, ça, ca me soulage.