Au commencement

Au commencement il y avait lui et moi,  26 ans et 30 ans tout ronds. Il y’a eu aussi, deux bambins presque charmants d’un an.

Mais lui est moi sommes impatients. Nous avons envie d’agrandir notre famille. Moi j’ai surtout envie de tirer un trait sur une grossesse surprise vécue dans l’angoisse, d’un accouchement par césarienne mal digérée, d’un après mal géré, de batailles contre la migraine perdues. Et surtout il y’a cette envie qui me taraude, celle d’avoir une grande famille unie, avec des enfants rapprochés. Ouai comme dans les films mais en moins nuniche parce qu’on sait qu’on se met grave dans le pétrin quand même hein, qu’on va en choper un truc de malade.

J’ai longtemps hésité avant de me jeter à l’eau. Ouai longtemps pour moi c’est attendre que les enfants aient un an. Cherche pas c’est ma notion du temps. C’est bête maintenant que j’y pense. Depuis leur naissance je livrais une bataille contre un monstre tapis au fin fond d’un recoin de mon cerveau. Prête à attaquer sans crier gare, à se dévoiler dans toute sa superbe cruelle au grand jour, égoïstement. La perte de la vision que dame migraine m’occasionne me faisait perdre ma raison mise à rude épreuve. Elle nous a volé nos plus beaux moments, comme cette sortie de la maternité. Elle m’a fait douter de ma capacité à pouvoir m’occuper de mes enfants, elle m’a empêché de tisser le lien.

J’ai eu envie de réparer, de repasser par ce chemin pour mieux le paver à nouveau, pour nous reconstruire tous ensemble. On ne peut pas reconstruire le passé mais on peut construire le futur.

Oui mais voilà. Normalement quand on veut une famille nombreuse on remet plein de fois son ouvrage sur le métier (et on adore ca) sauf que je savais que ça allait être plus compliqué que ca.

Je sentais que quelque chose n’allait pas. Mon DIU en cuivre me laissait au naturel, et pourtant mes cycles se rallongeaient chaque mois un peu plus. Des poils disgracieux poussaient sur mon menton. Je prenais du poids à vie d’œil. Bref ça sent les hormones qui deconnent ma bonne dame.

Alors je commence les courbes de température. En dents de scie, rien qui ne prouve une ovulation de bonne qualité.
Alors je vais voir un gynécologue spécialisé. Son nom trottait dans ma tête grâce à une connaissance que le destin a mis sur mon chemin, je ne vois pas d’autres explications.La personne qui a fait ma robe de mariée m’en avait parlé quand je cherchais un gynéco pour suivre ma grossesse. Ouai j’ai une bonne mémoire.

Il me prend au sérieux, me parle de ce que nous allons faire ensemble. Il est poli, mais honnête. Il me parle de mon poids, mon grand ennemi. S’étonne de l’absence de bilan, de traces écrites de mon passé gynécologique. Je me sens entre de bonnes mains.

  • Ovulation absente et/ou tardive et/ou de mauvaise qualité
  • Poids à faire baisser
  • Antécédents de fibrome à surveiller, notamment pour voir si absence de séquelles

Aujourd’hui je sais que nous sommes en essai, que j’espère ne pas avoir mes règles mais je n’y crois pas. Aujourd’hui j’ai ouvert une pochette avec mon compte rendu d’accouchement et l’analyse du fibrome. En route pour BB3.

Mon planning: attendre le 3e jour de mes règles pour faire une prise de sang. Revoir le docteur a J9 puis à J16. Hystérographie bientôt je pense.

Et dans le même temps régime fille. Non pas un calendrier lunaire ou une position pour avori des filles ou le port de pierres de lune ou bien encore la cuillère en bois sous l’oreiller. Une méthode scientifique basée sur les apports en minéraux dans les ovules. Pour une fille: plein de calcium et de magnésium. Me voilà à boire du lait, manger des yaourts riches en calcium, et éviter les fruits et légumes riches en potassium et surtout manger sans sel. Byebye mes champignions d’amour, mes jambons fumés et autres plats typiques du régime garçon.

Ce régime je l’ai tenu en strict pendant deux mois. Mais je me suis vite lassée de faire mon tupperware, de ne pas manger comme les autres à la cantine, d’imposer à chéri de se faire la cuisine (et donc un régime à base de plats préparés vite décongelés). Puis je suis passée en light, peu de sel, beaucoup de lait et on évites les aliments riches en potassium.

Et puis j’ai compris que l’essentiel n’était pas là ….

Publicités
Posté dans PMA

Une réflexion sur “Au commencement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s